Angie Gaube
Hypnose à Nîmes
Angie Gaube
Hypnose à Nîmes

NOTRE PERCEPTION DU PLAISIR ET DE LA DOULEUR CONDITIONNE NOTRE VIE, LE SAVIEZ VOUS ?

DÉVELOPPEMENT PERSONNEL


Dans notre vie en règle générale, quand on prend une décision, on a tendance à vouloir éviter la souffrance et rechercher ou retrouver le plaisir.
Les émotions étant en lien avec nos comportements, on identifie 2 circuits cérébraux : celui de la récompense et celui de la punition.

Le premier génère des émotions positives et l'autre des émotions négatives.

Si le plaisir correspond à l’expérience de la récompense, la douleur correspond à celle de la punition. 


Alors quand il s'agit de changer un de nos  comportements ou d' amorcer un changement comme par exemple :
-    arrêter de grignoter entre les repas
-    Se réorienter professionnellement
-    oser aborder la personne de ses rêves etc 
Pourquoi ne passe t'on pas à l'action desuite ? 


On a l'impression qu’en agissant dans l'immédiat, on va s'éloigner du plaisir, on va le perdre.

Et puis, sortant de notre zone de confort, allant peut être vers l'inconnu, il est possible que la situation nous paraisse stressante parce que, l’éventualité que nous parcourions un chemin semé d’embûches est présente dans notre esprit, et possiblement associée à une période de  douleur (plus ou moins intense en fonction des personnes). 
En fait dans toutes situations, si on veux engager un changement, il est important que d'identifier ce que l'on gagne et ce que l'on perd.  


Quand on va vers un changement on perd quelque chose : le plaisir de faire ce que l'on fait, le plaisir de se retrouver dans un milieu confortable...

Il faut donc accepter que ce que nous analysons comme de la douleur( émotions de tristesse par exemple) puisse durer un certain temps, afin par la suite, de récupérer peut être au centuple, ce plaisir que nous pensions avoir perdu.


Par exemple, avoir pris la décision de quitter son travail où l'on ne se sent plus à sa place, ni en phase avec les valeurs de l’entreprise,  pour faire une formation qui implique un travail personnel, où le temps de cette formation nécessite une perte de salaire et donc un niveau de vie revu à la baisse, une perte de stabilité de l'emploi , tout ceci afin de se lancer dans son projet personnel qui pourrait être perçu comme incertain car l'inconnu est perçu comme tel.

Notre objectif étant de faire l'activité de nos rêves, où l'on organise son temps de travail, on gagne sa vie tout en réalisant sa passion, on profite de moments libres pour soi et sa famille, ses amis  etc et donc on y gagne à long terme ce plaisir fabuleux que nous avions peur de perdre à court terme. 


Seulement, même si nous savons que ce changement peut être bénéfique pour nous à long terme , peu de gens se laisse tenter par le fait de se lancer dans un nouveau projet impliquant trop de paramètres incertains.  


Qui est prêt à signer pour quitter notre vie bien rangée et organisée, pour en construire une nouvelle où, plusieurs risques sont  présents ? 


Pourquoi les personnes qui souffrent au travail, dans leur vie de couple, dans leur comportement  etc ne font rien pour changer ? 


Car ils n’ont pas encore atteint leur seuil de tolérance, tant que la souffrance n'a pas dépassé la limite acceptable, rien ne change.


 N'avez-vous pas déjà remarqué ou vous ou dans votre entourage, vous dire ou entendre dire : «  non mais là c'est abusé ! C'est terminé ! Je refuse de continuer à vivre comme ça !  » ? Là, le degré de douleur est atteinte et la personne va se prendre en main d'une manière ou d'une autre pour ne plus avoir à supporter la situation.  


Ce à quoi nous associons le plaisir ou la douleur détermine notre futur. C'est ainsi que nos croyances se forment et conditionnent notre vie.
Par exemple, une personne A qui prend de l'alcool tout les soirs. Elle associe du plaisir à ce comportement. En faisant ce qu'elle fait, elle se dit qu'en buvant, ses angoisses ont disparu. 
C'est sa perception des choses, une personne B, extérieure à la situation, n’aurait sans doute pas le même point de vue. 


Il sera intéressant de modifier la perception, la croyance de la personne A vis-à-vis du plaisir. Peut être en « déplaçant » son regard, en associant de la douleur ou souffrance à ce comportement( boire de l'alcool), afin de pouvoir se projeter dans le futur et associer le plaisir au nouveau comportement( qui sera plus écologique pour A). 


Si cela vous intéresse, et que vous vous trouvé curieux voire intéressé par un changement quelconque, sachez que la PNL ou l'hypnose sont des formidables outils pour ce faire. Je suis à votre disposition. 


 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.